© 2016 by LIONEL TAIEB - lionel.taieb@gmail.com 

  • Facebook Vintage Stamp
  • Vintage Stamp Blogger

AU CARREFOUR DES MONDES

Ville d'origines, Alep offre au voyageur  brassage de cultures, bouffée d'histoire et retour aux sources. Perdu dans les méandres du souk, on y erre en quête d'une sortie un peu comme on cherche sa place dans le monde : en expérimentant mille chemins, mille routes, mille destins. Comme si le souk – avec ses passages, ses impasses, ses retours en arrière... – symbolisait, pour chacun, son propre labyrinthe intérieur ?...

Un frisson à peine perceptible me transperce soudain à l'approche d'Alep, l'une des grandes villes « mythiques » du monde. Est-ce l'histoire, forcément fascinante, d'une cité perpétuellement habitée depuis l'aube de l'humanité ? Est-ce ce parfum de légende attachée à cette plaque tournante commerciale, par où transitèrent toutes les caravanes de la Route de la Soie ? Est-ce la promesse – tant vantée par les guides - de  s'immerger dans les plus beaux souks du Moyen-Orient ?

 

Promesse d'évasion

 

Toujours est-il qu'au moment où le vieux train rouillé entre en gare, dans un indescriptible fracas métallique, je ressents comme une appréhension, une crainte, la peur de rater quelque chose d'essentiel, de passer à côté de mon rendez-vous tant attendu avec la ville et l'Histoire. Et, au final, d'en ressortir déçu – comme souvent avec les lieux estampillés « mythiques » - tant la charge émotionnelle, la promesse d'évasion et le halo de rêve accompagnant de telles destinations ne peuvent qu'écraser la réalité. 

"Au moment où le vieux train rouillé entre en gare, dans un indescriptible fracas métallique, je ressents comme une appréhension, une crainte, la peur de rater quelque chose d'essentiel, de passer à côté de mon rendez-vous tant attendu avec la ville et l'Histoire"
 
"​​Son passé millénaire, son brassage unique des plus grandes civilisations, sa riche expérience du commerce et de l'échange  semblent lui avoir conféré une inestimable science des hommes, de leurs craintes comme de leurs aspirations, de leurs angoisses comme de leurs rêves"

Mais Alep n'est pas du genre à tomber dans le premier piège venu. Son passé millénaire, son brassage unique des plus grandes civilisations, sa riche expérience du commerce et de l'échange  semblent lui avoir conféré une inestimable science des hommes, de leurs craintes comme de leurs aspirations, de leurs angoisses comme de leurs rêves.

 

Dès les premiers pas hasardés sur le pavé de la cité moderne, mes inquiétudes initiales semblent se diluer dans une atmosphère où quiétude, sérénité et douce sensation de flottement s'appliquent, tels des onguents miraculeux, pour apaiser mes ultimes appréhensions.

 

Plus que des édifices ou de l'impressionnante citadelle que j'aperçois au loin, c'est surtout des visages que semble émerger l'âme de la ville: ici, un homme en djellaba réajustant son keffieh, là, un paysan kurde errant dans un monde lui paraissant incompréhensible, là encore un homme d'affaire arménien, une femme en bourca, un jeune habillé à l'occidentale, un militaire débraillé… tous immergés dans un bouillonnement permanent, comme si les innombrables flux de circulation ayant traversé la ville durant des siècles continuaient, aujourd'hui encore, de l'irriguer tel un fluide vital. 

Comme Damas, la cité s'organise par cercles concentriques : du haut de la citadelle – forteresse massive posée au dessus d'un éperon rocheux comme un couronnement naturel - on aperçoit d'abord l'agglutinement des souks, emprisonnant la mosquée des Omeyyades tel un insecte pris dans une toile d'araignée. Puis vient l'amas chaotique des faubourg imbriqués les uns aux autres, perforées par des grandes artères géométriques et aérées.Enfin telle une digue des temps modernes, survient le corset de béton, encastrant un océan de toits constellés d'antennes paraboliques, duquel émergent l'arrondi des dômes ou la ligne épurée des fins minarets, plantés comme des bougies sur ce gâteau mêlant toutes les nuances de l'ocre. 

 

Au sol, la ville est un enchantement pour le trekkeur urbain : tout se fait à pied, en sautant d'un quartier à l'autre avec la curieuse sensation d'évoluer sur un tapis volant. Dans l'une de ces déambulations hasardeuses où l'instinct du moment constitue mon guide le plus fiable, je suis ainsi tombé sur ce beau quartier arménien, nourri de vagues d'immigrations successives, dédale de rues étroites bordées d'édifices dont l'austérité des façades cache souvent le raffinement des intérieurs. En prolongeant alors de quelques pas vers le centre, je débouche sans le vouloir - mais est-ce vraiment un hasard ? -  devant l'une des nombreuses entrées des souks.

"Tout se fait à pied, en sautant d'un quartier à l'autre avec la curieuse sensation d'évoluer sur un tapis volant"
"​​Tels les musiciens d'un mystérieux orchestre, chaque allée, chaque boutique, chaque étalage semble composer avec l'ensemble un concerto de sensations qui inonde le voyageur sous un déferlement quasi irréel de couleurs, de sons, de perceptions, d'odeurs, de mouvements agissant comme un puissant philtre hypnotique"

Noyés dans un déluge de perceptions, les 5 sens, sollicités simultanément, quittent alors les étalages pour chercher refuge dans la trame complexe des chemins et allées… La boussole intérieure n'en est que plus perturbée : croyant respirer, le voyageur s'enfonce inexorablement dans les boyaux d'un labyrinthe obscur, prenant de plus en plus les allures d'une fourmilière humaine : essaim de Keffieh, bourcas, robes à capuchon, djellaba, foulards, turbans de toutes les couleurs bourdonnant autour des charrettes, mobylettes, camionnettes, ânes tentant de se frayer un passage, dizaines de petites pupilles sombres, scintillants comme une mystérieuse constellation dans l'obscurité du souk, contemplation immobile de vieux arabes sans age dont le réseau de rides semblent subitement faire écho au labyrinthe des allées, commerçants figés, à l'heure de la prière, comme des îlots de tranquillité au milieu du mouvement incessant…

 

Irradié de sensations brusquement surgies du réel, je prends progressivement conscience de la réalité des souks qui, tout au long de mon périple, tentait elle aussi, tente de se frayer un passage jusqu'à mon cerveau : on croit pénétrer un souk. Mais en réalité, c'est le souk qui vous pénètre…

Ce qui survient ensuite, ce n'est plus une balade. C'est une symphonie. Une ode tellement réelle, tellement vibrante, tellement envoûtante que je ne vous ferais jamais croire que c'est avec des objets du quotidien et des denrées  périssable que l'on a pu accomplir un pareil chef-d'œuvre.

 

Tels les musiciens d'un mystérieux orchestre, chaque allée, chaque cour, chaque boutique, chaque étalage semble composer avec l'ensemble un concerto de sensations qui, dès l'entrée, inonde le voyageur sous un déferlement quasi irréel de couleurs, de sons, de perceptions, d'odeurs, de mouvements agissant comme un puissant philtre hypnotique. Scintillement de mille et un flacons, pots, tubes, bouteille au contenu invariablement coloré.

 

Montagnes d'épices aux milles senteurs composant un nuancier subtil allant du jaune à l'orangé, rouleaux de tissus posés horizontalement tels des rayures zébrant l'obscurité d'arc-en-ciel d'étoffes, de soies et de toiles, guirlandes de bijoux dont l'éclat est renforcé par le reflet des vitrines, pyramides de savons cubiques incrustés de sigles arabes desquels émanent de puissantes odeurs d'olive et de laurier, montagnes de pâtisseries orientales au nappage sucré irrésistible, sacs entiers de cacahouètes, pistaches, noisettes, noix, noix de cajou, olives donnant envie d'y plonger la main… 

"On croit pénétrer un souk. Mais en réalité, c'est le souk qui vous pénètre…"
"​​Dans cette ville-monde, dans cette cité carrefour où tout se brasse, s'achète, se vend, transite, s'échange, le souk m'apparaît alors comme une gigantesque
« foire aux destins » qui, à chaque instant, permettrait de choisir la route qui
nous correspond le mieux
"

Alors, tout au long de ce parcours sinueux, sans repères et sans but, où seule l'intuition de l'instant a guidé mes pas, émerge une nouvelle fois ce goût des courbes, des lacets, des carrefours, cette volonté farouche de briser – dans une errance qui se nourrirait d'erreurs - la ligne droite d’une existence, la rectitude d’une vie organisée, pour emprunter les mille et un chemins qui apparaissent alors comme autant de possibles, comme autant d'expérience à vivre, comme autant de destins à expérimenter.

 

Dans cette ville-monde, dans cette cité carrefour où tout se brasse, s'achète, se vend, transite, s'échange, le souk m'apparaît alors comme une gigantesque « foire aux destins » qui, à chaque instant, permettrait de choisir la route qui nous correspond le mieux, le trajet qui épouserait les propres contours de sa sensibilité, le cheminement qui ressemblerait le plus à la conscience que l'on a de soi.

 

On s'y imagine pouvoir enfin – comme devant le panneau des destinations de l'aéroport - choisir librement, dans cet immense marché des origines qu'est Alep, son propre futur, qui n'obéirait plus qu'au seul désir de l'instant, un peu comme on effectue ici des achats au coup de cœur, à l'instinct, à l'impulsion, à l’intuition…

Parvenu au cœur du souk comme on parvient au carrefour de soi, je déambule machinalement, guidé par une musique intérieure qu'il me semble alors être le seul à entendre. Le souk devient langage, quête, mode de vie. Il infuse en moi, faisant émerger une revendication permanente d'insolite, d'émerveillement et de lenteur. Le souk me parle d'un voyage dans le voyage, raconte la difficulté des choix, la multiplicité des entrées et des sorties, la présence d'impasses, la complexité des croisements. On y avance, recule, tourne, revient sur ses pas, forgeant ainsi, comme dans une vie, sa propre identité. On peut y dériver, s'y enfermer, s'y perdre mais aussi – parvenue à l'une de ses sorties – s'y retrouver.

 

Le souk - comme l'aéroport, comme cette ville d'Alep si cosmopolite, comme les esplanades intérieures des mosquées et tout ce que j'ai pu décrire dans mes carnets – est un lieu d'échange, de passage et, au final, de transformation, où l'on troque ses fausses certitudes contre des repères fuyant, chamboulés à chaque instant par les hasard d'un parcours sans logique qui donne pleinement conscience d'habiter l'instant. 

"Parvenu au cœur du souk
comme onparvient au carrefour de soi, je déambule machinalement, guidé par une musique intérieure qu'il me semble alors être
le seul à entendre"